La vie de Maître Jacques

 ou l'école d'architecture de Saint Georges

Si l'on sait que Maître Jacques de Saint-Georges fut architecte des Comtes de Savoie et que le château Saint-Vincent de Saint Georges d'Espéranche, a été une de ses principales oeuvres, l'épanouissement de son art en Angleterre est bien moins connu, ainsi que l'existence ipso facto d'une école où il apparaît comme un des chefs de file. En cette fin du 13ème siècle il y a déjà en Europe de formidables places-fortes dont les restes nous attestent un caractère massif dominant. A travers l'oeuvre de Maître Jacques une nouvelle tendance apparaît, celle des places fortes qui peuvent être aussi château d'agrément.

C'est dans les archives des Comtes de Savoie, puis dans celles des Rois d'Angleterre qu'il faut chercher les éléments de la naissance de cette école. Ce travail de longue haleine a été entrepris par le professeur A.J. TAYLOR et c'est donc à  partir de documents anglais qu'est synthétisé ce texte.

Vie et oeuvre de Maître Jacques de Saint-Georges 

à travers une liste de documents d'archives.

1261-1262 : Construction pour te compte de Savoie de châteaux et murailles à Romont,  Chillon et Yverdon (Suisse). Le chef maçon est Maître Jean assisté de son fils Maître Jacques et le chef des travaux est Pierre Mainier.

1265-1267 : Maître Jean a quitté Yverdon et les travaux sont entièrement confiés à Maître Jacques.

1268 : Construction d'un puit à Salin.

23-08-1271 : Maître Jacques travaille à Montmélian avec Guigues de Vercors

21-09-1273 : Maître Jacques est à Vienne

22-11-1273 : Il est à Desoz avec Jean de Gray

27-02-1274 : Il est à Monthey avec Jean de Masot

15-03-1274 : Aux Contamines avec Jean de Masot, Hugues de Chillon et Rolle de Clétis

18-03-1274 : A saint Georges

06-05-1274 : Maître Jacques est avec les Maîtres de Romans, il vient de Desoz en passant par Chillon

14-05-1274 : A la Côte Saint André et à Voiron

16-05-1274 : Aux Contamines

28-06-1274 : A Vienne

28-08-1274 : A la Côte Saint André avec Pierre de Langes

05-09-1274 : En Bresse avec Pierre de Langes

26-09-1274 : A la Côte Saint André  et à Saint Laurent du Pont

16-10-1274 : Trois textes faits à Saint Georges et qui citent Maître Jacques 

23-10-1274 : à Saint Gingolph,  Chatillon (sur Chalaronne), Rennans

19-12-1274 : à Saint Hur

28-01-1275 : Maître Jacques est à La Côte Saint André, Voiron et Saint Laurent du Pont

25-03-1275 : Toujours à La Côte et Saint Laurent

26-04-1275 : Texte fait à Saint Georges : Maître Jacques est à Bourg en Bresse avec Pierre de Langes et Jean de Masot. Un texte du 04-05-1275 précise que leur séjour a été de 10 jours

05-06-1275 et 17-06-1275 : Deux textes faits à Saint-Georges qui situent à cette période  Maître Jacques à Bourg en Bresse

27-07-1275 : Il est à La Côte Saint André avec Pierre de Langes et Maître Jean

09-08-1275 et 18-08-1275 : Dans le pays de Vaud (Suisse), avec Guigues de Vercors 

23-09-1275 : Maître Jacques est à Vienne

C'est la dernière mention de Maître Jacques en France. Dans tous ces textes qui sont pour la plupart des relevés de compte (paiement à Maître Jacques de telle somme pour tel travail) nulle part le nom Maître Jacques de Saint Georges, simplement le titre Maître Jacques maçon.

Dans l'emploi du temps de Maître Jacques il y a de nombreux "trous" car tous les textes ne nous sont pas parvenus, mais on peut noter l 'abondance des déplacements qui prouvent qu'un seul homme - ou plutôt une équipe - s'occupait de plusieurs chantiers. C'est pendant cette période (Juin 1273) que le Roi d'Angleterre de retour de Croisade visite le château de Saint-Georges en cours de finition. Maître Jacques est âgé environ de 38 ans et possède déjà une belle expérience. Les textes mentionnant Maître Jacques sont dès lors outre-Manche et l'énumération peut reprendre malgré un "vide" de quelques trente mois.

27-03-1278 : Arrivée à Down Ampney pour passer 15 jours avec le Roi et sa cour 

08-04-1278 : au Pays de Galles

20-05-1278 : à Flint et Rothelan (Rhuddlan) ; 18-06-1278 : à Rothelan (Rhuddlan) ; 19-09-1278 : au Pays de Galles

C'est un document postérieur qui fera apparaître la dénomination "Mestres Jakes de Seint Jorge le Machoun". Son titre usuel est ingeniator ou mazun ou en latin cementarius. Le sens de l'époque du mot ingénieur est beaucoup plus vaste qu'aujourd'hui, la spécialisation n'existe guère, être ingénieur c 'est être à la fois concepteur, architecte, directeur des travaux, ingénieur.

en 1278 , c'est la construction de quatre imposants châteaux Rhuddlan, Flint, BuiIth et Aberystwyth

03-11-1280 : le texte mentionne "Magistri Jacobi de Sancto Georgioll

en 1281 , l'effort se porte sur la construction de Flint (déménagement du bureau d 'étude)

20-10-1281 : Le Roi d'Angleterre fait une rente à vie Master James de Santo Georgio de 3 shillings par jour et de 1 s. 6 d à sa femme Ambrosia si elle lui survit. Maître Jacques reçoit aussi des vêtements d'hiver et ces faveurs sont en récompense de "bons et louables services", en tant que superviseur de la construction des Châteaux de Flint et Rhuddhan.

9-04-1282 : Les Gallois détruisent Aberystwyth, il faut reconstruire et renforcer les défenses du château

En effet à cette époque c'est la conquête du Pays de Galles par les anglais, et les forts construits servaient à marquer cette domination sur ce peuple fier d'origine Celte. Et cette domination de nos jours est visible par le reste de ces château-forts.

21-10-1282 : Visite du Roi

23-10-1282 : Maître Jacques est à Ruthin et s'occupe aussi du début des travaux à Denbigh.

11-09-1283 : Maître Jacques se fait remettre les clés de la ville de Maenan, par le bailli Henry de Lacy, comte de Lincoln et les remet quelques jours après au Père Supérieur du Couvent d'Aberconway.

Notons que les moines sont des Cisterciens, tout comme ceux qui vendirent la Grange de Péranche pour donner au château de Saint-Georges un domaine. Notons aussi que ces Cisterciens sont à la veille de construire une nouvelle abbaye et que les conseils de Maître Jacques sont les bienvenus. C'est cependant curieux, ce rôle de plénipotentiaire que le Roi d'Angleterre fait jouer à Maître Jacques.

du 12-02  au 13-12-1285 : Maître Jacques est le seul responsable de la construction de Caernavon, Conway, Criccieth et Harlech.

Notons la position particulière du Château Royal de Caernavon avec ses tours multangulaires - comme Saint-Georges - et le contraste qui du point de vue architectural, comme politique dégage ce château des autres. La fin de la construction de Caernavon sera confiée après 1295 à Walter de Hereford, mais ce dernier en 1304 ne sera payé que 3 shillings et 1/2 mark par jour alors que Maître Jacques gagnera en 1304 3 shillings 8 marks.

1290 : Maître Jacques est dénommé "Maître des travaux du Roi pour le Pays de Galles"

A partir du 15-08-1290 - et pour 3 ans - Maître Jacques est aussi constable du château de Harlech. Le constable précédent John de Bonvillario est décédé en 1287. Pourquoi ce vide de 3 années dans le rôle de constable, alors que pendant cette période la construction se poursuit. Tout simplement parce qu'il n'y a pas de prétendant et que Maître Jacques n'est pas sur place mais en Gascogne où il accompagne John de Havering.

Avril 1295  : Maître Jacques supervise la construction de Beaumaris, tout en terminant le château de Conway.

1295 : Réparation et renforcement du chateau de Caernavon qui a souffert des révoltes galloises de 1294.

Fin 1295-1296  :  Ouverture, construction d'arches de plusieurs portes à Conway.

A cette époque (1290-95) Maître Jacques commande une entreprise qu'on peut évaluer à 400 maçons, 2000 ouvriers et manœuvres, 200 tailleurs de pierre, 30 maréchaux-ferrants, charpentiers., 100 fourgons, 60 chariots lourds, 30 bateaux pour amener pierres et charbon.

1298 : C'est la fin de l'œuvre de Maître Jacques au Pays de Galles, Beaumaris a été sa dernière bâtisse. Il rejoint le roi Edouard en Ecosse.

29 Avril 1302 :  C'est à Linlithgow que nous retrouvons sa trace en Ecosse, par des plans précis des travaux à entreprendre (une porte, deux tours) le texte montre aussi l'étroit contact entre Maître Jacques et le Roi d'Angleterre, l'expérience du pays de Galles en a fait deux amis. Il est d'ailleurs payé une fois et demi le meilleur salaire.

1304 (Mai-Juin) :  Participation au siège de Stirling, sans doute en tant que bâtisseur des travaux de siège.

4 Septembre 1306 : Maître Jacques reçoit 20 livres d'appointement.

20 Mai 1309 : Il est mort au château de Mostyn. Son épouse Ambroisia bien que vivante en 1303 ne semble pas lui avoir survécu puisque les comptes ne portent aucun paiement de rente.

Plans des châteaux de Maître Jacques Plans des villes de Maître Jacques

L'ECOLE DE SAINT-GEORGES

Né vers 1235, à 25 ans il est écrit qu' il travaille avec son père (1261). Pendant le demi-siècle suivant, Maître Jacques va laisser dans l'histoire son empreinte de manière magistrale, comme concepteur et constructeur de plus de 20 châteaux-forts qui résisteront aux siècles, comme nous venons de le découvrir. Mais, il n'est pas seul à entrer dans l'histoire.

Avec Maître Jacques d'autres éléments savoyards se sont mis au service du Roi d'Angleterre. Au fil des textes nous relevons :

- Giotus de Vergers qui semble être le nom de Guigues de Vercors,

- Sir John de Masoz (ex Jean de Masot) dont l'origine serait peut-être gasconne. Il fut engagé par Pierre de Savoie pour le siège de Benauges en Gascogne en 1253 et fut anobli (Sir) par le Roi Henri III d'Angleterre en 1254 pour les services rendus. Les deux noms suivants sont aussi d'origine gasconne.

- Master Bertran et Peter le Burguynun (associé à Maître Jacques au château de Ruddlan en 1278). Master Bertram de Sault de Navaille (Basses Pyrénées) était chargé des machines de guerre à la Tour de Londres en 1276, et mourut à Caernavon en 1284.

- William Senin, Richard de Franckewill' , John Picard, William Seyssel travaillent avec Maître Jacques au château de Flint en 1280. (Senin est un hameau de Parmilien au N.E. de Cremieu)

- Jean et Vincent Picard furent associés avec Gille et Tassin de Saint Georges à la ville de Saxon en 1279-1280. Vincent Picard fut engagé en 1271 pour les travaux d'Yverdon.

- Seyssel : Dans un rapport fait par Maître Theobald de Saint Georges en 1291 un certain Perronetus de Saysello travaille à la construction du château du Bourget.

Notons ici que les échanges avec l'Angleterre se faisaient dans les deux sens et que les nostalgiques du pays pouvaient très bien revenir vers leur premier seigneur (ce sera le cas de Maître Theobald).

- Master Giles de Saint Georges apparaît en 1282 au Pays de Galles. Il s'agit sans doute du frère de Tassin qui participa à la construction du château de Saint Georges.

- Stephen, peintre, sans doute le peintre Stephano engagé par Maître Jacques pour décorer le château de Saint Laurent du Pont en 1274. Ce Stephano en 1273, l'année de la visite du Roi d'Angleterre à Saint Georges fut chargé de la redécoration de Westminster Hall. Il fut sans doute aussi peintre à Saint Georges.

- Maître Henry, charpentier, qui travailla en 1274 à Bourg en Bresse avec Maître Jacques.

- Master Frances que l'on trouve à Conway et à Beaumaris en 1296 fut sans doute le Johannes Franciscus de Chillon en 1266, où il travaillait avec Maître Jean le père-de Maître Jacques.

Et d'autres encore dont les liaisons avec la Savoie sont moins évidentes mais qui font que c'est une vraie colonie d'artisans que le Roi d'Angleterre avait recrutée sur le continent. Le principal personnage de cette colonie était Maître Jacques, ami du Roi et sans aucun doute architecte-ingénieur très doué pour son époque. De la Savoie à l'Angleterre l'œuvre est gigantesque, des dizaines de châteaux, des tours, des murailles, des halles (dont celles de Saint Georges et la Côte), des puits où L'architecte retrouve les traits communs suivants

 - Emploi d'échafaudage hélicoïdal (fixation sur l'ouvrage) . Très visible sur tes tours de Harlech, Conway, Beaumaris. On peut encore imaginer la technique à Saillon et à Saint Georges sur le mur Ouest de l'aile Est restante.

- Emploi des arcs pleins-cintres centrés. Voir la tour S.E. de St Georges.

- Conception unique des latrines Yverdon, Saint Georges, Harlech et tous les grands châteaux. 

- Dessin des fenêtres 

- Embellissement des créneaux (Merlons avec triplets de pinacles).

Nous avons rencontré autour de Maître Jacques tout un groupe de bâtisseurs qui au sommet de leur gloire se faisaient appeler "de Sancto Giorgio". A notre liste, il faut ajouter deux charpentiers Philippe et Theobald de Saint Georges. En 1275 ils terminent les charpentes du château de Saint Georges, sont à la tour de Londres en 1277, à l'Abbaye de Vale en 1280, au château du Bourget en 1290 et sont à Caernavon pour les toitures du Château Royal en 1305. En 1320 ils sont encore à Caernavon pour une seconde partie alors que Maître Jacques est mort depuis 11 ans et que Otto de Grandison est âgé de 82 ans.

Le trait commun de ces bâtisseurs est d'avoir participé à l'érection du château de Saint Georges qui est à cette époque résidence d'été des Comtes de Savoie est sans doute le plus formidable par sa taille et son étendue des châteaux voisins. Le programme de construction  pour la domination du Pays de Galles allait permettre à ces hommes de talent de s'épanouir et de donner le meilleur d'eux mêmes dans la création du plus important groupe de châteaux médiévaux d'Angleterre. Ils n'étaient certes pas d'une même famille, mais leur chef d'œuvre était le Château de Saint Georges et ils se référaient à cette oeuvre, ils étaient une école d'architecture qui donnait à l'Europe ses châteaux forts et ils s'appelaient de Saint Georges. Avec la fin du grand programme anglais cette école s'est dispersée, cependant en 1360, Maître Bernard de Saint Georges était maçon en chef à la construction de la cathédrale de Bordeaux et un Perreninus de Saint Georges maçon travaille à Poligny en 1429.

LISTE DES OUVRAGES CONSTRUITS

Châteaux de Savoie du XIIIème siècle : Chillon, Yverdon, Voiron, La Cote Saint André, Saint Laurent du Pont, Saint Georges d'Espéranche,  Chatel-Argent.

Châteaux du pays de Galles : Rhuddlan, Flint, Builth, Aberystwyth, Ruthin, Denbigh Caernavon, Cricieth, Conway, Harlech, Beaumaris.

Enceintes fortifiées : Montmelian, Rue, Chatillon/Chalaronne, Saint Georges d'Espéranche (?), toutes les villes autour des châteaux du Pays de Galles cités ci-dessus, plus Linlithgow et Stirling en Ecosse.

Plans des châteaux de Maître Jacques Plans des villes de Maître Jacques