La période révolutionnaire

Les événements se répandent très rapidement au village. Le seigneur de Saint Georges, Marc Antoine de Lévis, se réfugie à Boulogne sur Mer.

En 1793, des arbres de la liberté sont plantés et les droits de propriété sont solennellement brûlés sur la place du village. Le château est encore suffisamment imposant pour effrayer la jeune République.

Le citoyen Chabord fait un rapport  sur l’état du château et le risque qu’il représente.

Saint Georges devient chef-lieu de canton en 1790, mais en 1801 il ne le sera plus.

Son territoire est de 3750 Ha, dont 580 Ha pour la forêt de Chanoz et 250 Ha pour la forêt de La Blache.

En 1790, M. Jars est élu premier maire de la commune.

Le château est vendu en 1795 à Antoine Volland.

En 1797, la tour nord du château est démolie.

 

Rapport du citoyen Chabord

LE CHATEAU DE ST-GEORGES-DtESPERANCHE

Le cy devant Chateau d'Espéranche est flanqué de quatre tours A, octogones, (voir le plan cy joInt figuré), dont les murs ont cinq pieds d'épaisseur. Vers le sommet de ces tours, il existe quelques embrasures. Les murs extérieurs de ce dit bâtiment, ainsi que le mur BC servant de clôture à la grande cour du côté du nord, ont aussi semblable épaisseur.

Des fossés, comme le plan l'indique, règnent tout au tour de ce vaste bâtiment, et ont de largeur depuis trente à cinquante cinq pieds, sur dix à dix-huit pieds de hauteur.

D'après les articles de la loi du 13 pluviôse, tous ces objets seraient donc dans le cas d'être anéantis. Cependant sans porter le plus grand préjudice à la commune d'Espéranche, cette loi ne peut être exécutée en son entier. Elle est ici susceptible de son amendement, je veux parler des fossés, où l'intérêt de la république exige expressément que la partie D, E, F, G, située vers le sud, soit conservée, je dirai bien plus qu'elle doit être une propriété sacrée pour les habitants du pays, par conséquent inaliénable dans le cas d'une vente. Les habitants de cette commune ont pour leur usage six puits seulement, ils sont fort éloignés des rivières, ils n'ont d'autre ressource d'après les informations que j'ai prises, pour abreuver leurs bestiaux, laver leur linge, pour éteindre les incendies, que l'eau de ces fossés, que les bestiaux préfèrent infiniment à celles de puits, qui, comme tout le monde sait, ont trop de crudité. Sans rapporter ici des avantages de salubrité, qui m'écarteraient de mon sujet principal, j'ajouterai seulement pour appuyer l'utilité de conserver la partie D, E, F, G de ces fossés, qu'il arriva il y a quelques années à Espéranche un incendie, qui eut ravagé peut-être toutes les habitations, si l'on n'y avait que les puits pour remèdes; car il furent taris en quelques minutes. D'ailleurs, le tems que l'on employe à tirer de l'eau est considérable; expérience faite, il ne faut pas moins d'une minute pour en tirer un seau, qui contient dans ce pays environ vingt livres d'eau pésant. Peut-être que l'on objectera qu'on pourrait pratiquer en d'autres endroits de semblables fossés, où seraient reçues les eaux pluviales, à cela je répondrai que peu des situations sont propres, qu'il faut attendre un certain terris avant que les terres soient saturées d'eau, et qu'il faut encore un revêtement de maçonnerie, objet qui ne laisserait pas que d'entraîner une certaine dépense.

Malgré l'épaisseur des murs du dit château, l'on doit bannir toute crainte à ce que des rebelles ne s'en emparent, s'il resterait encore dans la situation actuelle, que je présume n'y avoir rien à appréhender. Tous les jours il tombe en ruines des plus sensibles; déjà il y pleut en beaucoup d'endroits, des planchers sont affaissés. Les murs, caves, chambres, planchers, tout a été visité et fouillé pour en extraire des matières propres à la fabrication du salpêtre. Et plus l'on différera de vendre ces bâtiments, plus aussi ils diminueront de leur valeur. Mais nonobstant ces raisons, en comblant les fossés D, K, H, G, vers le nord, en démolissant les tours A, et le mur épais BC servant de clôture, ceux D, E, F, G ne pourront être guères nuisibles, puisque ce ci devant château se trouvera ouvert en plusieurs parties, et que l'accès en sera aisé. J'observerai que l'on fera une chose doublement utile en prenant une partie des remblais au chemin LM, qui conduit à Bourgoin, parcequ'il deviendrait à peu près de niveau.

Fait à Vienne La Patriote par moi Ingénieur soussigné des ponts et chaussées au Département de l'Isère, le 20 fructidor de l'an deuxième de la république française une et indivisible. (11 Septembre, 1794)

CHABORD.

Chabord nous laisse aussi un plan du château. Le mur Nord sera abattu pour créer la place du village, et les pierres seront vendues aux habitants. Dans ce rapport on parle d'Espéranche, car sous la révolution le nom Saint Georges avait disparu.

 

CHATEAU : PLAN DU CITOYEN CHABORD (Archives de l’Isère)

CHATEAU : Plan d'un document anglais

 

SUITE      RETOUR