Confortation de la voûte de la chapelle du chateau

 de Saint Georges d'Espéranche

 

La municipalité de Saint Georges d'Espéranche est propriétaire d'une partie des restes du chateau de Saint Georges, la partie Sud Est qui contient la seule tour restante, tronquée de moitié. Au niveau du sol, accolée à cette tour se trouve l'ancienne chapelle orientée vers l'est. Cette disposition se retrouve au chateau d'Yverdon, un de ces chateaux Suisse, où Maître Jacques a commencé son oeuvre d'architecte. Cette ancienne chapelle, qui sert de débarras est inutilisée du fait de son délabrement car la voûte est sérieusement fissurée.

Les compagnons de Maître Jacques souhaitent en faire leur local, mais il faut sécuriser les lieux.

Les ABF (Architectes des bâtiments de France) font un état des lieux et proposent deux solutions confortatives.

Etat initial, dispositif de soutien

Etat initial, la courbure de la voûte est inversée

Relevés par les ABF, coupe

Relevés par les ABF, plan de la chapelle

Un des projets de réparation des ABF, dalle collaborante

Un des projets de réparation des ABF, dalle collaborante, détail

Un des projets de réparation des ABF, dalle collaborante, détail

Les projets des ABF ont deux points communs forts génants. Ils ne permettent pas de conserver un appartement au-dessus de la chapelle en l'état, dalle collaborante ou poutraison BA nécessitent de gros travaux et ils apparaissent hors de portée du budget de la commune.

Les Compagnons de Maître Jacques contactent la société Freyssinet International et font une autre propostion basée sur les techniques de soutènement de tunnel, en utilisant du béton projeté. La dépense est six fois moindre et peut être intégrée au budget communal. Le maire avertit les ABF, en précisant qu'il veut engager le projet sur la base de la solution Freyssinet ou sur un des projets ABF, si ceux-ci obtiennent pour la commune, une subvention des 5/6 du montant. Les ABF acceptent le projet Freyssinet, qui est réalisé très rapidement pendant les vacances scolaires de la Toussaint, pour ne pas perturber l'école voisine.

Projet Freyssinet

L'utilisation de la technique du béton projeté permet de reconstituer une coque solide et armée, sans travaux préalables importants. Cette coque est ancrée dans les murs qui sont de respectable épaisseur et supporte ainsi l'ancienne voûte. Une finition au plâtre permet de donner à l'ancienne chapelle son aspect agréable actuel, le plâtrier ayant mis en valeur quelques portions de fresques, datées du 17ème quand la famille De Poisieu, réaménagea le château.

Nota : le béton projeté consiste à projeter avec force, à l'aide d'un compresseur, un mélange de sable, ciment et eau, qui s'écrasant sur une surface adhère à celle-ci. On peut donc projeter en plafond. Par passes successives, le projeteur qualifié parvient à mettre des épaisseurs importantes qui enrobent ainsi les fers en attente qui participent à la résistance de l'ouvrage. Ce béton est à prise accélérée ce qui permet de revenir travailler, protégé par le béton projeté, très rapidement après sa projection. Les travaux souterrains sont de grands consommateurs de béton projeté.

Les Compagnons de Maître Jacques espèrent que cette utilisation du béton projeté, à des fins de rénovation de monuments historiques vacillants, soit plus largement connue et mise en oeuvre. Comme à l'époque de Maître Jacques, l'architecte doit être ingénieur, pour que le beau soit aussi solide et rationnel.